Agir contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés

L’extrait ci-dessous provient d’un rapport d’intervention. Le document est authentique. Nous le publions – en conservant l’anonymat des personnes concernées – pour illustrer la diversité des cas auxquels doivent faire face les intervenants bénévoles du 3977. La maltraitance est un fléau. Nous devons nous mobiliser pour le combattre.

L’appelante, visiteuse bénévole depuis 3 ans, s’inquiète pour une personne âgée de 78 ans, aveugle. Mme B. serait maltraitée par une femme qui vivait chez elle.

Mme B. vivait jusqu’en 2007 avec une personne qui était nourrie, logée et rémunérée pour sa présence auprès d’elle. Sa fonction ne se justifiait plus compte-tenu de l’intervention d’aides à domicile, deux fois par jour, pour les repas et le ménage.

Mme B. aurait subi de la part de cette personne des maltraitances physiques (brûlures de cigarette), financières (vol d’argent et de biens, tentative d’extorsion de fonds à la banque) et des négligences actives (soupe mélangée à de la nourriture pour chats).

L’auteure présumée a quitté le domicile en mai 2007, mais elle a gardé les clés de Mme B. et reviendrait chez elle pour la voler. Dernièrement, Mme B. a reçu sa visite : ses armoires ont été vidées, l’appartement est «sens dessus dessous» et de l’argent a été volé. Le lendemain des faits, Mme B. ne voulait plus manger, elle se plaignait que sa gorge brûlait, elle était très perturbée et ne pouvait plus se lever, elle tremblait et avait des pertes de mémoire. Le service d’aide à domicile a pris le chéquier de Mme B. pour éviter qu’il ne soit volé.

L’appelante craint cependant des maltraitances physiques ou psychologiques et souhaite une protection pour Mme B. et, en tout premier lieu, commencer par changer la serrure de sa porte blindée.